1992 - 2000 : une usine de métallurgie transformée en laboratoire de création

En 1992, Eric Mariette et Véronique Widock s’installent dans une ancienne usine de métallurgie de Colombes et fondent la Compagnie Les Héliades. L’usine est rebaptisée du nom Le Hublot, chantier de construction théâtrale, et devient le QG de la compagnie composée d’une dizaine de comédiens qui s’impliquent dans la création et dans l’ensemble de la vie du lieu.

A partir de 1996, la troupe permanente se sépare et la vie de la compagnie se détache peu à peu du lieu. Germe alors l’idée d’ouvrir l’espace au public et de repenser le Hublot pour y accueillir d'autres équipes artistiques.

Le Hublot initie le rassemblement de 10 lieux culturels franciliens dits « lieux intermédiaires ». Ces derniers sont pour la plupart implantés dans des friches industrielles et développent un rapport de proximité entre les populations d’un territoire et la création artistique. Ces lieux feront l’objet d’une étude intitulée Les Lieux du Possible en 2001 par François Campana et Anne Quentin en collaboration avec La Scène et Thécif.

2001 - 2011 : du chantier de création au théâtre rayonnant sur son territoire

Le Hublot renforce son projet d’accueil des compagnies et devient un véritable outil d’accompagnement pour les équipes artistiques. Pour ce faire, le lieu se structure peu à peu et se dote d’une équipe permanente pour l'administration, la communication et les relations publiques.

En février 2003, des travaux commencent afin d’agrandir le lieu et de le mettre aux normes pour pouvoir accueillir du public. Un étage pour les bureaux est ajouté, les conditions d’accueil et la visibilité sont améliorées. Le 4 juin 2004, le Hublot réouvre ses portes. Il a désormais une programmation avec des ouvertures publiques régulières. Il coordonne également un ensemble cohérent d’actions sur le territoire mais aussi dans 6 villes des Hauts de Seine notamment le projet Spectacles à domicile. Il adhère également au réseau de lieux pluridisciplinaires et intermédiaire de la région Île-de-France,  Actes-If.

2011 - 2014 : un avenir mis en péril

Le 1er décembre 2011, la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) / Ministère de la Culture, principal soutien financier du Hublot depuis 2003, annonce sa décision de déconventionner la compagnie au motif que cette dernière n’est pas assez visible hors les murs. La compagnie et le lieu sont liés et reconnus comme tels par les institutions ce qui signifie que l’aide financière versée aux Héliades bénéficiait aussi au Hublot. Ainsi le déconventionnement de la compagnie met directement en péril le fonctionnement du lieu. Un combat s’engage pour défendre son existence. L’équipe va se battre pendant 3 ans avec de nombreux soutiens institutionnels, professionnels et publics à ses côtés afin d’obtenir un nouveau partenariat pérenne avec la DRAC, nécessaire à son fonctionnement.

En juin 2014, le Hublot retrouve enfin un soutien via un partenariat renouvelé avec la DRAC Île-de-France. Ces financements, bien que diminués, permettent de poursuivre le projet du lieu : soutien aux compagnies émergentes, défense des répertoires contemporains et de la création, actions artistiques vers les publics des territoires proches. Poursuivant les objectifs qu’il s’est fixé, le Hublot continue donc d’accueillir des compagnies. L’équipe, quant à elle, s’agrandit : de 3 personnes, elle passe à 5. Les projets, les actions culturelles et artistiques et les partenariats se sont au fil des années pérennisés. En 2013, le projet Spectacles à domicile fête d’ailleurs ses 10 ans !

Bien que la compagnie reste à la direction artistique du lieu, elle prend une nouvelle autonomie et développe de nombreux projets en Bretagne et hors les murs.

2014 - 2017 : une activité toujours plus diversifiée

Dans la continuité de son travail Le Hublot poursuit et intensifie son travail d'accompagnement des compagnies. En moyenne ce sont 11 compagnies qui sont accueillies chaque saison pour travailler, répéter, expérimenter de nouvelles formes théâtrales. Leur accompagnement est davantage personnalisé en fonction de leurs besoins : plateau, technique, administratif, rencontre avec les publics...

Dans le domaine de la rencontre avec les publics de nouveaux champs des possibles sont ouverts. Les projets d'action culturelle avec les scolaires se développent dans tout le département et de nouvelles actions s'initient : projets en EHPAD, stages théâtraux sur la présentation de soi, formes itinérantes... Ces projets sont davantage pensés sur des temps longs afin de travailler en profondeur avec les publics. Après ces diverses expérimentations le projet se recentre toutefois vers la jeunesse : de 18 moi à 18 ans. Programmation et projets sont désormais pensés vers ces publics, que ce soit dans le cadre scolaire ou en-dehors.